İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

Le Curé de Gnancucu.chapitre 2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Le Curé de Gnancucu.chapitre 2Chapitre 2« Voilà, mes seigneurs, le souper est prêt.., je vais m’occuper de votre chambre !– Justement, fait l’Évêque, il y a des modifications, comme je suis très frileux et qu’il fait relativement froid dans cette cure, j’ai besoin de quelqu’un qui me tienne chaud !.. Tu viendras réchauffer ma couche !– Mais Excellence…– Cela ne te plaît pas ?– Non, enfin oui, ce n’est pas ce que je voulais dire, mais Monseigneur Ildéfonse…– Il est en pénitence, mais s’il a trop froid pendant la nuit, il pourra aussi venir se réfugier dans notre sainte chaleur, une fois que je l’aurais bien allumée, pour que nous le réchauffions à son tour !– Si je comprends bien, vu que nous n’avons que deux lits et que vous voulez sauver l’âme de Monsignore Ildéfonse en ne le soumettant pas à la tentation, vous sacrifiez la vôtre en me tenant compagnie cette nuit ?– Tu as tout compris, mais vu le sacrifice que je consens, j’espère que tu y seras à la hauteur. Mon goupillon n’est plus aussi alerte qu’autrefois, il a besoin de soins attentifs et chaleureux !– Que votre Excellence ne se fasse pas de soucis, cela fait un mois que nous nous améliorons !– Comment cela ?– Monseigneur courait après la mort, son poêle était mort, Toussant, tremblant de froid, transi jusqu’aux os, il m’a demandé de le soigner !.. Je n’ai eu d’autres ressources de lui réchauffer tant l’âme que le corps !.. Évidemment, couchée à côté d’un jeune corps très viril, après des années d’abstinence, à cause d’un mari qui préférait dépenser notre écot avec les femmes de mauvaises vies que de faire son devoir familial et qui, les rares fois où il le faisait, me laissait encore plus insatisfaite, je n’ai, à ma grande honte, pu résister de profiter de son goupillon !.. Une fois le pas franchi, ce fut régulièrement que nous avons pris grand plaisir l’un de l’autre !– Mon enfant, pour ce dévouement à notre sainte cause, je vous donnerai votre absolution cette nuit, car moi aussi, je suis transi et j’ai besoin de votre chaleur féminine !– C’est avec un grand plaisir que je me permettrai de chauffer et réchauffer votre excellence, vous êtes encore très bien homme, je pense que nous sommes un peu du même âge ! »Sur ce, les convives firent honneur à la fricassée de porc et aux épinards en branches, liés par une mince tranche de lard que le bouche mettait toujours de côté pour la rémission de ses péchés. Le tout fut arrosé d’un vin de messe bien tempéré, comme le clavier de JS Bach (prononcer Bar et non pas Bak, pour avoir l’air un peu moins inculte).Louise, avec le vin de messe, commença à être un peu pompette et se demanda comment cela allait se continuer, si elle avait baisé avec un curé, avec un Évêque, c’était une autre paire de manche, surtout que celui-ci avait l’air spécialement averti de la chose. Son minou était en pleine transpiration et elle était excitée comme un pou sur un pubis bien garni.Ildéfonse, dans le respect de la hiérarchie devait faire bonne figure à sa mésaventure et espérer qu’il en tirera quelque chose, mais il ne voyait pas quoi, à part des désagréments.Bâillant ostensiblement, le Vicaire du Christ, le Priape en état de réveil, se leva, pour aller dormir :« Louise, tu viens ?– Mais votre Excellence, je vous ai fait couler un bain, il paraît que c’est indispensable avant de se réchauffer !– Soit, puisque tu le dis, tu auras d’autant plus de travail, car j’ai de la peine à me nettoyer dans le dos !– Volontiers, je vous soignerai comme un petit poupon, y compris votre cornichon !– J’y compte bien ! »Devant la complicité naissante de l’évêque et de sa servante, Ildéfonse ne défonça plus grand-chose, il avait la mine triste et le jonc pendant.« Et moi ! Et moi, comme dit la chanson !– Tu feras 3 Avés et 4 Paters pour l’absolution du pêcher de chair que nous allons commettre. – Je me prendrai presque pour Candaule !– C’est la vie, mais quand j’aurai bien vidé ma sainte burette, tu pourras nous rejoindre pour le deuxième service ! »C’est ainsi que, se morfondant dans la chambre de Louise, rageant contre l’impudence de l’évêque qui appliquait son droit de cuissage. Ildéfonse se défonça la bite à 5 contre 1, mais brusquement il arrêta en se disant : « l’évêque est déjà pas mal âgé, il déchargera une fois, mais il ne remettra pas le service, il ne faut pas rêver, je vais garder ma puissance pour Louise car, avec un peu de chance, il n’arrivera pas à la faire décoller et ce sera une belle revanche ! ». Et pendant ce temps-là, pas la Méditerranée qui ne se trouve pas à deux pas, mais les deux autres, s’apprêtent à consommer les plaisirs de la chair.« Louise, déshabille-toi, lui intima son excellence l’évêque, que je voie avant de consommer la beauté de ton corps !– Vous me flattez, votre Excellence !– Voilà, enlevez encore cette culotte qui me cache vos trésors !.. Oh mon Dieu, que c’est tentant et excitant…, pardonnez-moi mon Père, mais je ne saurai négliger pareille offrande ! »Sans attendre plus longtemps, il plongea sa tête entre les cuisses musclées de Louise et atteignit sa corolle et, avec sa longue barbe, il se rassasia de ce jus fécond, si délicieux. Il prit entre ses lèvres, le minuscule bijou qui ornait cette fente et cette sente délicieuse.« Monseigneur que vous me le faites bien, on sent un homme d’expérience !– Pas tellement, au séminaire, j’en suis réduit à sucer des bites et c’est jamais aussi bon que votre petit moineau !– Je vois que votre Excellence est bien tendue, ne voudriez-vous pas que je vous détende un peu, j’ai aussi envie de goûter à votre sainte huile güvenilir canlı bahis siteleri !– Que ne me le dis-tu, les gorges de mes séminaristes, je les connais par cœur, par contre, c’est très rare que je puisse explorer les amygdales d’une de mes ouailles !.. Tiens, goûte-moi ce cervelas ! »Tant à pomper qu’à la fin, le brave évêque sens le jus remonter des couilles à la prostate pour finir par arriver à pointer au bout de la bite.Acharnée, Louise aspirait cette bite en se disant : « je vais le vider et après j’aurai la paix avec lui et je pourrai inviter Ildéfonse pour la défonce…, voilà, cela vient… », et une grosse giclée bien épaisse fut extraite de la pine épiscopale.« Viens, mon chéri, que je te fasse un gros papou ! » Dit Louise.Elle remonta le long du corps de son amant du soir et lui colla un gros patin et lui enfila, entre les dents, le produit de ses couilles.« Mais tu es dégueulasse de me remettre ma sainte purée dans les dents !– Bah, quand tu as envoyé ta purée de pruneau en direction de mon estomac, tu ne t’es pas posé de questions !.. Apprécie le bon goût de tes pruneaux, ceux du séminaire sont moins goûteux !– Là n’est pas la question, au Séminaire, c’est eux qui me traient et je n’ai pas, en retour, le produit de mes couilles !– Il faut un début à tout, si tu veux, tu peux encore me reluire un peu mon minou !– Bah ! Non, je n’ai plus envie maintenant, sans l’excitation, ce n’est pas un plaisir !– Votre Excellence, puis-je appeler Ildéfonse pour me défoncer je n’ai pas eu trop mon plaisir, malgré votre 22 long rifle, il n’a pas causé de ravage au bon endroit !– Fais, peut-être que le spectacle me redonnera envie !– Ildéfonse, rugit-elle, viens, j’ai besoin de tes services, celui de son excellence est en panne sèche ! »Ildéfonse, n’entendant que son bon cœur contre sa mauvaise fortune se félicita d’avoir épargné sa substance, il se précipita dans son vrai lit, poussa un peu son Excellence qui était un peu confuse de sa piètre performance.« Mon chéri, viens d’abord déguster ma moule, c’est la saison, j’ai évité qu’elle soit assaisonnées par son Excellence, il a même accepté de reconnaître que sa mayonnaise n’avait pas un assaisonnement digne de grands chefs, elle est nature à 100 % ! »Ildéfonse, la lippe avantageuse, avança ses pratiques linguistiques, il n’y avait pas que le latin qu’il parlait aisément, la langue fourrée faisait partie de ses meilleures connaissances linguistiques, sans parler qu’il donnait souvent sa langue au chat. Son verbe fit merveille, Louise décolla enfin pour se diriger vers son premier orgasme de la soirée. Suite au broutage de son amande, là voilà qui partit dans un deuxième tour aussi violent que le premier quand, royal, l’étendard flottant au vent, ou plus simplement le dard au gland retroussé, Ildéfonse fonça et défonça la moule qui attendait avec impatience ce goupillon qui, son con devait satisfaire.« Belle pièce, mon ami, commenta le Vicaire du Christ, plagiant quelque peu Pompidou admirant De Gaule qui vidait sa gaule aux toilettes de l’Élysée, si ce n’est qu’il avait dit : « belle pièce, mon Général », lequel l’avait prié de regarder devant lui !« Je me demande si l’envers vaut l’avant ? Rajouta le Saint évêque, en glissant une main curieuse entre les fesses de son curé occupé, en bon missionnaire qu’il était, à fourrer la belle qui n’attendait que cela… Votre fion m’a tout l’air d’être apte à recevoir mon baptême, d’autant plus que mon ostensoir a l’air de se réveiller !.. Permettez que je le prépare à recevoir les saints outrages de ma part !– Faites mon père, je me souviens encore des bienfaits du séminaire où je fus inséminé plusieurs fois ! »C’est ainsi, qu’à chaque coup de bite d’Ildéfonse, l’évêque en remettait un en contretemps, créant une sorte de partition musicale faite de « oups, haaaaha, pfuifuif, han de bûcheron, ham » de soubrette et ce, jusqu’à ce que d’un coup de rein puissant, l’évêque vide sa burette sacrée dans le fion de son fidèle curé qui, à son tour, sentant le flot brûlant arroser sa prostate ne put retenir sa jouissance plus longtemps et il inonda la cavité de sa bien aimée.Devant la puissance du flot, créé par une frustration effective et préalable, l’artifice du Vatican ne remplit pas son office et une armée de spermatozoïdes, se sentant des ailes, envahirent les trompes de Fallope de cette salope de Louise qui, à son tour partit dans un orgasme sans fin.Ceci confirma que la capote, le pape avait bien dit qu’il fallait la mettre à l’indexe, où les manquements éventuels du matos n’auraient pas de conséquence.Enfin après cet épisode de surconsommation de stupre, le brave évêque, les roustons de père François à plat, demanda grâce et se dirigea vers la chambre de la bonne pour pouvoir récupérer d’un sommeil réparateur et surtout se soustraire aux questions gênantes sur les performances de son matériel diocésain.«Zut, se plaignit Ildéfonse, la capote a éclaté, mes petites graines ont essaimé dans ton jardin secret…, saleté de matériel fourni par le Vatican !– Calme-toi, dit Louise, ce sera peut-être sans conséquence, au pire on en fera un nouveau petit curé, l’évêque nous aidera au pire !– Ce n’est pas sûr, il aime bien profiter, mais quand on présente la facture, il a tendance à se débiner !– Ça, je le sais, aussi, avant qu’il m’impose de coucher avec lui, j’ai mis une petite caméra que mon mari m’avait offert, je me demande toujours bien pourquoi !.. Tous nos ébats sont filmés et enregistrés…, si c’est sans conséquence, cela nous fera toujours quelque güvenilir illegal bahis siteleri chose à visionner !– Tu es trop forte, maintenant on dort, je crois qu’on a assez donné à la déesse de l’amour pour s’abandonner à Morphée !– Dis mon chéri, tu n’aurais pas un discours un peu païen ?– Après ce qui s’est passé, je ne me vois pas trop parler de la vierge Marie, cela ne doit pas trop être son rayon, à moins que le St Joseph soit le patron des cocus ! »Le lendemain matin, l’évêque…, se leva un peu péniblement, son 22 long rifle étant étiré au maximum, du coup, il retourna dans la chambre d’Ildéfonse pour faire une purge des coucougnettes, mais il vit ces deux tendrement enlacés. Il n’eut pas le courage de les séparer et retourna dans son lit pour calmer son excitation de manière très naturelle, à 5 contre 1. Enfin, après avoir essuyé les résidus de son excitation dans les draps de cette salope de Louise, il se leva, cette fois dans son costume de voyage et se présenta à la cuisine :« Alors, vous avez bien fini la nuit ?– Oui, mais avec l’activité nocturne, on a raté les matines, mais pas les mâtins. J’ai dû remettre le couvert.– Zut, moi qui était prêt et tendu ce matin, j’aurais préféré une petite introduction qu’une branlette, et comme je dois repartir, ce sera une autre fois !– Votre excellence ! Vous n’avez pas une petite minute pour me bénir mon minou avec votre goupillon ? Ce qui m’enchanterait !.. 22 long rifle, c’est pas tous les jours qu’on peut bénéficier de cette arme imposante, calibre 50mm, tirant des obus bénis sur des ovaires païens !– On pourrait, mais j’ai plus de matos contraceptif et je ne tiens pas de prendre de risques inutiles. – Si les voies du Seigneur sont impénétrables, les miennes sont parfaitement pénétrables !– Vu sous cet angle, je pourrais me permettre un petit retard, mais il faudra encourager le fantassin, il a déjà donné ce matin !.. J’ai été obligé de le récompenser à la main, je vous ai vus endormis, enlacés, ce matin et je n’ai pas voulu vous réveiller !.. Alors, va dans la chambre d’Ildéfonse, elle est plus chauffée et mets en service le petite matériel de camping, je finis mon café et je viens, tu pourras, en primeur, déguster ma saucisse de Strasbourg, elle a besoin d’un petit traitement préliminaire ! »Une fois Louise partie pour se préparer à recevoir la porno-onction dans le vasistas, l’évêque confie à Ildéfonse :« Cet été, j’aimerais que ma nièce vienne profiter de l’air sain de la campagne et que vous vous occupiez d’elle, au sens propre et figuré. Je me dois de l’héberger à la reprise des cours universitaires, autant qu’elle soit déjà bien au courant des choses de la vie pour supporter mes penchants, à mon grand regret, pas très catholiques ! »Tu es trop forte, maintenant on dort, je crois qu’on a assez donné à la déesse de l’amour pour s’abandonner à Morphée ! S’exclame Ildéfonse.– Dis, mon chéri, tu n’aurais pas un discours un peu païen ? Répond Louise.– Après ce qui s’est passé, je ne me vois pas trop parler de la vierge Marie, cela ne doit pas trop être son rayon, à moins que le St-Joseph soit le patron des cocus ! » Dit Ildéfonse.Le lendemain matin, l’évêque, les yeux bouffis de sommeil, émerge doucement des douceurs du repos pour reprendre la dure tâche de gardien du troupeau des fidèles. Il se remémore cette folle nuit où Louise lui a séché les roustons, en recevant son obole épiscopale dans la bouche, mais il était trop fatigué pour renouveler son exploit en lui remplissant la chatoune. Il a dû laisser le curé le remplacer et apprécier ce qu’il avait si bien préparé.Il faut dire que ce diable d’abbé était infatigable et surtout avait un cul très accueillant. Il s’était bien amusé, chaque fois qu’Ildéfonse arrivait au fond de la matrice, lui un peu par perversion, poussait encore un peu en l’enculant. Dieu que c’était bon. Ensuite la catastrophe, la capote a explosé devant le déluge qui sortait des couilles d’Ildéfonse. Vraiment, le Vatican n’est plus ce qu’il était depuis que la banque Ambrosiani est aux commandes, il n’a pas encore tout à fait assimilé les nouvelles technologies ou bien il a été trompé sur la qualité en se servant dans une fabrique de maffieux…« J’aime cette odeur de café frais qui arrive de la cuisine !.. Je me sens une faim de loup, mais avant, j’aimerais enlever cette odeur de stupre qui me colle à la peau et surtout dans ma barbe !.. Quand je ressens l’odeur de Louise, je recommence à bander !.. Je pourrais, peut-être, lui en remettre un morceau ! »Se dirigeant d’un pas quelque peu hésitant vers la cuisine, il trouve Louise en plein travail, préparant le petit déjeuner dans sa chemise de nuit très pudique, mais que devient la pudeur devant un évêque lubrique. Elle part en pièce.« Louise, viens vers moi, ce matin, j’ai besoin d’un petit câlin ! (Zut, je recommence avec ces vers).– Mais votre excellence, vous n’y pensez pas, si tôt le matin, je n’ai pas encore pris mon bain après toutes ces perversions de la nuit !– Ce n’est pas grave, cela coulissera d’autant mieux, maintenant que c’est bien graissé !– Attendez que je retire le lait de la plaque et je suis à vous ! »C’est ainsi que Louise se trouva embrochée tôt le matin par son Excellence qui oublia de mettre le chapeau épiscopal sur sa bite et se planta, travailla, baratta, tant et plus qu’à la fin il explosa d’un long flot de semence qui se joignit au produit des couilles d’Ildéfonse dans la course aux ovaires de Louise…Petit-Louis a pris le virage des trompes de Salope en tête (excusez, je voulais güvenilir bahis şirketleri dire de Fallope), talonné par son ami Alexis, il frétille de la queue comme un alevin devant la bouche d’un brochet, Il fonce, comme son père, il arrive en vue de ces monstrueux ovaires, se jette la tête la première, pratiquement en même temps que son ami Alexis. La porte se referme et les poursuivants se cassent le nez dessus et ils sont refoulés pour atterrir finalement sur la couverture dominicale. Nos deux héros ont gagné la course, ils s’installent confortablement dans ces appartements princiers, Ils vont être tranquilles pendant 9 mois, choyés, bichonnés.« Mais votre seigneurie, vous avez oublié de vous couvrir et vous avez rempli ma chatoune !.. Que se passera-t-il si je tombe enceinte ?– Ne t’inquiète pas, je ne manque pas de ressource, il y a assez d’institutions religieuses qui me sont bien dévouées et où tu pourras accoucher !.. Ensuite, nous prendrons tout en charge !– Oui, mais ce sera mon fils, tout de même, je n’en ai jamais eu jusque-là !– Raison de plus de ne pas craindre de suite… !– C’est vrai, allez donc vous rafraîchir et on passe à table, Ildéfonse doit rentrer tout soudain avec du bois de chauffage !– Au fait, j’ai une nièce que j’adore, elle est aux études et elle aimerait passer quelque temps à la campagne pour s’aérer l’esprit, pensez-vous que vous pourriez l’héberger ?– À ses risques et périls ! Répond Louise, qui s’imagine déjà des parties triangulaires où elle n’aura pas à tenir le rôle de l’hypoténuse… Je suppose qu’Ildéfonse sera enchanté d’avoir de la chaire fraîche !.. Déjà qu’avec ses catéchumènes féminines, je le voyais dans un état d’excitation avant qu’on parte dans la fornication !.. Mais dans ce cas-là, il faudra avoir des préservatifs garantis étanches et pas des Puma ou des Vatican ! »À ce moment-là, Ildéfonse arrive portant une grande corbeille remplie de bois de chauffe.« Votre excellence est réveillée, vous avez bien dormi, mais j’ai l’impression que l’odeur de ma chambre s’est transmise dans la cuisine !.. Louise, va donc te laver, cela transpire le stupre et la fornication tôt le matin !– Ne la gronde pas, proteste l’évêque, c’est moi qui ai remis le couvercle, finissant ce que j’ai interrompu hier soir !– Alors dans ce cas-là, à table, j’ai grand faim ! »Pendant le repas, le chef du Diocèse amena le sujet sur sa nièce et son désir de vivre un été à la campagne.« J’en serai très honoré, mais vous connaissez la faible qualité du matériel épiscopal si cela dégénère !.. J’aimerais un crédit spécial pour acheter du solide !– Oui, pas de problème, mais j’aimerais bien que vous me la débourriez, car après, je l’hébergerai dans ma demeure et j’aimerais bien qu’elle soit déjà bien au fait de ce genre de plaisir ! »Arrive le temps de l’été, avec les vacances universitaires, amenant du coup l’évêque et sa nièce pour un hébergement dans la cure de Gnancucu. Louise a mis les petits plats dans les grands et présente une daube du meilleur aloi.« Voilà ma nièce, je vais te laisser entre les mains d’Ildéfonce et de Louise, j’espère que tu vas te plaire, c’est vraiment la campagne profondeur !– Oh ! Oui mon oncle, c’est gentil d’avoir organisé ce séjour, cela remplit tous mes rêves ! »Une fois la voiture partie, se pose la question du logement, il n’y a que deux chambres, celle de la bonne et celle du curé, laquelle a un grand lit pour permettre à la gouvernante de temps en temps venir tenir le prêtre au chaud, surtout en temps d’hiver.« Voilà comment on va faire, je vais prendre le lit à Louise et vous allez coucher les deux dans mon lit, je ne vois pas d’autres solutions ! Fait Ildéfonse, d’un air angélique.– Comme d’habitude, le plus gros du travail me reste ! Râle Louise devant la décision d’Ildéfonse de lui laisser les approches, toujours très délicat dans ce milieu religieux.– Mais je t’aiderai pour changer les draps ! Lui répond-elle… Dis-moi, Ildéfonse, c’est vrai que tu étais prêtre-ouvrier au Canada avant de venir ici ?– Oui, c’est bien vrai, mais j’ai été obligé de le quitter à la demande de l’évêque, je lui faisais de l’ombre !– Ainsi, c’est vrai ce que me disait mon oncle que tu as été muté à cause d’une affaire de mœurs ?– Oui et non, c’est vrai que pendant que nous étions en débardage, souvent je rentrai au village en fin de semaine pour faire la messe le lendemain tôt le matin et je recevais les confessions le samedi après-midi ou le soir !.. Suite à cela, beaucoup de villageoises, quelque peu délaissées par leur conjoint, qui préféraient aller courir la gueuse plutôt que de venir faire leur devoir conjugal, me demandaient un soutien, soutien qui s’est peu à peu transformé en autre chose !.. J’ai fini par avoir ce que j’ai appris plus tard, la réputation d’être un bon coup !.. Il faut dire que ce n’était pas trop difficile avec ces rustres qui rentraient et sautaient sur leur épouse sans se laver, ni gentillesse !.. Ceci a rapidement fait de l’ombre au vicaire qui avait perdu son statut de bon coup à cause de moi !.. Sa Seigneurie au Canada a demandé mon rappel en Europe Bien que j’en fusse qu’à mon deuxième hiver, alors qu’il en était prévu quatre !– À ce moment-là, pourquoi veux-tu que je dorme avec Louise dans ton lit ?.. Tu sais, cela fait déjà un moment que j’ai perdu ma gourme, mais je n’ai pas encore rencontré ce qu’on appelle un bon coup !– Je veux bien, mais la maison n’est pas équipée convenablement de moyens anti-conception.– Et qui te dit que je n’y ai pas pensé ?.. Cela fait déjà un moment où je ne suis pas exactement les recommandations de Vatican 2 !.. Je suis équipée, je prends la pilule pour éviter toutes surprises avec les copains !– Si tu veux pour améliorer la chose, on peut inviter quand même Louise, elle risque de s’ennuyer dans sa chambre toute seule !.. Et je n’aimerais pas qu’elle déprime ! »

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

maltepe escort ankara escort pendik escort kartal escort ümraniye escort bostancı escort atasehir escort sakarya escort sakarya escort gaziantep escort aydınlı escort didim escort izmir escort bayan maltepe escort izmir escortlar ankara escort izmir escort izmir escort ensest hikayeler konyaaltı escort şişli escort maltepe escort ankara escort bayan maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort gaziantep escort canlı bahis canlı bahis canlı bahis güvenilir bahis canlı bahis canlı bahis sakarya escort webmaster forum