İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

Passation de pouvoir

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Passation de pouvoirAmère expérience que de vider la coupe jusqu’à la lie. Le bal des sentiments nous menace de ce genre de représailles. On n’entre pas impunément dans la mêlée de la bataille. On y prend autant de coups qu’on s’invente des rêves de gloire. Aussi ne voudrais-je dégoûter personne d’essayer à son tour. Le propre de la jeunesse et de la passion n’est-il pas de grimper au ciel et de s’y peindre en dieu. Bon prince j’avoue avoir un temps été heureux et plus vivant que jamais dans l’étreinte de cette belle illusion. Peu importe qu’il ait fallu après redescendre d’un pareil trip.Au cours de mes tribulations professionnelles, j’eus l’honneur d’être l’amant d’une personne. On m’avait pas mal prévenu contre elle. A bon droit je passais outre. Je mesurais que ces critiques venaient plutôt de jaloux et de fâcheux. Ces tristes sires n’ont de cesse de vous polluer toute chance de bonheur ici-bas. Je n’aime rien tant que les contrarier et les combattre. Ainsi savais-je quel danger je courais à vouloir chevaucher une belle monture. D’autres que moi s’y étaient rompus les os. Ainsi cédai-je volontiers au fumet de gloire. La vanité n’est pas peu dans ce genre d’histoire.Il m’est quasiment impossible de pouvoir la décrire. Elle envoûtait quasiment tous les hommes. Elle n’écrasait pas de beauté ses rivales. Elle n’en dégageait pas moins un terrible magnétisme qui les écrasait toutes. Je m’en étais ouvert à d’autres collègues. Nous convenions que cette garce en la seconde où vous la croisiez, vous faisait tourner la tête. Sa silhouette, ses longs cheveux noirs son maintien, son port et ses talons hauts qui claquaient dans le silence, tout cela vous étreignait jusqu’aux tripes. Elle était assez consciente de son empire. Son sourire en coin en témoignait.Je peux dire que dès le premier jour je pressentis l’inéluctabilité de ma perte. Ce sentiment de risque et de danger n’était pas pour rien dans mon sentiment. D’ailleurs je crus devoir le lui avouer assez vite d’autant qu’elle le devinait. Aucun homme ne pouvait soutenir longtemps son regard et conserver un secret à son égard. Elle jouait toujours cash avec vous. Elle ne supportait guère tiédeur et médiocrité. Comme en un toboggan il fallait épouser ses virages et flirter sans cesse avec le vide. Le moindre détail avec elle était vécu avec une intensité douloureuse. En regard le bonheur et la jouissance étaient au maximum. On était assuré de ne pouvoir oublier ces moments magiques et de pouvoir un jour y revenir sûrement avec un cher attendrissement. En cette ambiance fragile et précaire il était requis pourtant d’encaisser de suite son gain. La roue de la fortune pouvant à l’instant balıkesir escort vous jeter du paradis à l’enfer. Souvent évoquais-je avec elle cette tension qu’elle imposait. Je lui demandais si elle ne pourrait des fois nous concéder un peu plus de répit et d’accalmie. Si elle n’aspirait des fois au bonheur simple et serein. En ces yeux clairs et bleus je distinguais alors une absence. On eût dit que mes mots avaient glissé sur son cerveau. Vraisemblablement j’avais du m’exprimer en un charabia exotique qu’elle ne daignait comprendre ou de solliciter du moins que je m’expliquas plus clairement. Tout cela était lointain, étranger et comme ne la concernant pas. J’eus préféré qu’elle m’affichât plus rudement ce mépris que je lui soupçonnais. Je rêvais des fois d’une franche engueulade et que je pus la pousser dans ses retranchements. Au fond je souffrais de ne pas savoir ce qu’elle pensait de moi.Quoiqu’il en soit j’avais droit de jouir de ses appâts et de me flatter de l’avoir souvent à mon bras. Je n’aimais rien tant que d’entrer avec elle dans un bar ou dans un restaurant et de faire quelques envieux. Elle allumait à tout-va. Cela m’agaçait et m’excitait à la fois. Elle me signifiait assez sa liberté et qu’elle ne m’appartenait pas. Elle avoua que très tôt dans sa vie elle avait comprit son pouvoir formidable sur les mâles. Je lui parlais peu de son mari. Je me demandais comment celui-ci s’accommodait d’un tel voisinage. Peut-on dormir tranquille couché sur un tel tas d’or ? Parvenue à quarante ans elle n’avait pas renoncé à porter court et d’exhiber ses jambes magnifiques juchées sur des hauts talons. Ses rivales affectaient d’en être choquées. Le terme de vulgaire revenait souvent. Au pire la traitait-on de pute. Lorsque je lui rapportais ces propos graves, elle partait en un franc sourire. Elle ne dédaignait pas de scandaliser. Il lui importait de séduire les mâles et même de les faire bander. L’exaspération des autres femmes n’attestait que trop de sa réussite. Elle triomphait. Mille autres autour de moi rêvaient ainsi de l’attirer dans leur lit.Ceux-ci auguraient justement des délices procurés dans cet enclos. Les embardées d’un rodéo ne seraient pas ici une faible image. On y était secoué en tous sens menacé plus d’une fois d’être jeté à terre par cette monture échevelée en furie. Il fallait être un dextre cow-boy. J’y fus un honorable représentant. Du moins en vins-je à m’améliorer pour n’être pas licencié sur le champ. Elle aimait le sexe et voulait être foutue correctement. Rien de comparable avec ces coquettes qui allument et répugnent pourtant au lit. Celle-ci aimait à éprouver son corps avec un mâle dessus.Son escort balıkesir cul était autrement fabuleux lorsqu’elle en faisait offrande dans l’intimité. Vêtue elle n’en donnait qu’un plus pale et pudique aperçu. Le pétrir et le défoncer au réel était une autre paire de manche. On ne pouvait plus après s’en déprendre. Elle aimait être prise goulûment par-derrière. Une fureur bestiale alors vous emportait. Le mot lubricité avec elle prenait tout son sens. Après cela elle vous pompait le nœud avec frénésie. On en sortait vidé et exsangue d’une telle bataille. Je n’évoque pas sans nostalgie ces moments de lutte amoureuse et à de belle intensité. On en éprouve reconnaissance. Tout le reste n’a pas d’importance et notamment la touche finale.Hélas il faut croire que cela ne pouvait durer. Il se trouve toujours un serpent pour vous inspirer ou vous faire chasser du jardin du paradis. Il ne fallait pas aller trop loin.J’avais fait des envieux. Ceux-ci étaient renseignés. La belle avait une réputation fort établie de se lasser d’un champion et de vouloir le remplacer par un autre. Mon règne dura un an. On me rassura que ce délai avait été remarquable. Que d’autres avaient eu bien moins. Bref que je ne devais me plaindre. Mon temps était venu. On doit choir nécessairement d’un piédestal. Il fallait attendre d’où le coup viendrait.Il vint d’une sorte d’ami. Curieusement il avait favorisé au début que je pus conquérir la belle en en déquillant un autre. La belle sut par la suite le rôle qu’il avait joué dans mon avancement. Elle ne me cacha pas son hostilité à son égard. Tout simplement, elle ne pouvait le sentir. C’était physique. Je n’avais de cesse pourtant de le défendre invoquant pour cet ami sa loyauté et son intelligence. En gros c’était un type brillant qui irait loin. J’étais loin de deviner que mes paroles porteraient un jour et que cet ami put devenir mon plus cher rival. On est trahi que par les siens. Il y eût du temps pour qu’on me dessillât les yeux. Je subodorais depuis que l’ardeur de la belle se rafraîchissait pour moi. Je percevais qu’un autre peu à peu entrait dans la place. Ma fébrilité était tout occupé à démasquer dans l’ombre le présomptueux, Je ne rencontrais que sourires goguenards. Eux savaient. Moi pas. Le cocu est toujours le dernier informé. J’avais scrupule à questionner la belle. Son regard était dur et sévère. Elle eût pris ce prétexte pour me dire la vérité et me signifier mon congé. J’abhorrais cet instant de ma déchéance. « Bourreau pitié ! Encore une minute ! »Le coup fatal vint d’une autre connaissance. C’était un de ces fâcheux jaloux qui me voyant un jour si malheureux, crut bon me de balıkesir escort bayan dévoiler le pot aux roses. Il présentât la chose en telle sorte qu’il voulait m’éclairer et me secourir. Je compris plutôt qu’il voulait être aux premières loges de ma défaite et de mon humiliation. Il se proposa de me conduire dans un lieu que je connaissais trop bien. C’était près d’un petit étang. J’y avais souvent forniqué avec la belle ou autre. La belle en l’occurrence aimait ce coin saturé de voyeurs où ceux-ci pouvaient goûter de loin ses fesses.En effet elle n’avait cure que dedans la voiture ou hors on la prit en cet endroit. Elle me disait doctement qu’elle adorait faire cela en pleine nature. Il y avait dedans comme un hommage au dieu du ciel et du soleil. Je me riais de cette métaphysique de pacotille l’enculant volontiers, galvanisé par des gémissements feints ou pas et flatté qu’autour quelque gus découvrit les talent et ravage de mon fameux coup de rein. Quelques rares fois quelques-uns voulaient s’associer que je repoussais. Ce coin de bonheur était empli de ces souvenirs. Ce fut drôle que d’y être ramené ce jour-là.Garant rapidement l’auto nous nous frayâmes un chemin parmi les fourrés en direction de l’étang. Bientôt se profila un lourd véhicule de marque Mercedes. Visiblement cela secouait là-dedans. Il ne pouvait que s’agir d’un couple coquin. Mon cœur battait fort. Je ne savais que trop qu’elle était la femme qui s’offrait ainsi au su de tous. J’en étais furieux et jaloux. J’eus voulu partir et n’en voir davantage. Ledit ami m’empêcha avec la dernière cruauté de rebrousser chemin. Même il menaça de trahir notre présence et que je fus confondu par le couple. Bref nous nous approchâmes davantage.Nous étions à peine à deux mètres. Je reconnus distinctement les gémissements de la femme. Point de doute c’était les siens. Je fermais les yeux un instant. J’étais à l’instant de la mort. Heure de mon exécution avec roulements de tambour. Ma tête prête de choir dans la sciure. A un moment émergea de l’intérieur de l’auto son visage éclatant de Gorgone. On percevait un peu du mâle derrière elle la besognant. Assurément lui donnait-elle son trou intime. Elle gémissait : »Encule-moi ! » J’étais trop familier de cette exhortation. Soudain un rayon du soleil frappa le visage de notre homme.Je chancelais et faillir choir au milieu du fourré. Était-ce possible ? Je n’en revenais pas. Mon meilleur ami ou que je croyais tel était en train de posséder ma maîtresse. J’étais plus affecté de cette trahison que de celle de la belle pour laquelle j’étais déjà prêt à renoncer. Ce fait dernier étant dans l’ordre des choses. Je n’en voulus voir plus. L’autre enfin me laissa me replier. Je vins à lui expliquer que je voulais marcher et qu’il rentrât sans moi. Je ferais de l’auto stop. Je me souviens ce jour-là j’étais triste, abasourdi. Machinalement je fis un SMS : « Vous ai vu. C’est fini entre nous. »

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

maltepe escort ankara escort diyarbakır escort rize escort urfa escort yalova escort antep escort hatay escort haymana escort ağrı escort giresun escort batman escort tekirdağ escort diyarbakır escort edirne escort aydın escort afyon escort porno izle canlı bahis canlı bahis canlı bahis güvenilir bahis canlı bahis canlı bahis sakarya escort sakarya escort webmaster forum escort izmir aydın escort porno izle kocaeli escort kuşadası escort kütahya escort lara escort malatya escort manisa escort maraş escort mersin escort muğla escort nevşehir escort adapazarı travesti